Biographie de Khalil Gibran

Faits rapides

Date d'anniversaire: 6 janvier , 1883

Décédé à l'âge : 48



Signe solaire : Capricorne

Né en:Bcharri, Liban

Célèbre comme :Artiste

Citations de Khalil Gibran Poètes

Famille:

père:Khalil

mère:Kamila

Fratrie:Mariana, Peter, Sultane

Décédé le : 10 avril , 1931

lieu du décès:New York, États-Unis

Cause de décès: Tuberculose

Continuer la lecture ci-dessous

Recommandé pour vous

Assi Rahbani Léonora Carrington Auguste Comte Épictète

Qui était Khalil Gibran ?

Khalil Gibran était un peintre, poète, essayiste et philosophe libanais. Né dans un village isolé du Mont Liban Mutasarrifate, il était destiné à passer la majeure partie de sa vie loin de sa patrie bien-aimée. À l'âge de douze ans, sa mère les a emmenés aux États-Unis, où il a commencé ses études. En peu de temps, il est remarqué par l'artiste et photographe d'avant-garde Fred Holland Day, sous le mentorat duquel il commence à s'épanouir. Mais en réalisant qu'il était trop influencé par la culture occidentale, sa mère le renvoya à Beyrouth pour qu'il apprenne son héritage. De retour aux États-Unis, il reprend la peinture et fait sa première exposition à l'âge de vingt et un ans. Par la suite, il a commencé à écrire, d'abord en arabe, puis en anglais. Ses écrits combinaient des éléments des deux héritages et lui valurent une renommée durable. Bien qu'il soit plus reconnu comme auteur que comme artiste, il avait dessiné plus de sept cents images. Bien qu'il ait passé la majeure partie de sa vie aux États-Unis, il est resté citoyen libanais et le bien-être de sa patrie lui tenait à cœur. Crédit d'image https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Algunos_miembros_de_Al-Rabita_al-Qalamiyya.jpg
(Auteur inconnuAuteur inconnu, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons) Crédit d'image https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Kahlil_Gibran_1913.jpg
(Auteur inconnuAuteur inconnu, domaine public, via Wikimedia Commons) Crédit d'image https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Khalil_Gibran_full.png
(Auteur inconnu, domaine public, via Wikimedia Commons)ÂmeContinuer la lecture ci-dessousPoètes Capricorne Artistes Libanais Écrivains libanais Carrière Lorsqu'il vivait au Liban, Khalil Gibran avait l'habitude de communiquer avec Josephine Preston Peabody, une poétesse réputée, qu'il avait rencontrée auparavant lors de l'une des expositions organisées par son mentor Fred Holland Day. En 1903, elle l'aida à exposer certaines de ses œuvres au Wellesley College, Massachusetts. Le 3 mai 1904, il tient sa première exposition au studio Day à Boston. Ici, il a rencontré Mary Elizabeth Haskell, connue pour avoir aidé plusieurs personnes talentueuses. Elle était propriétaire de l'école pour filles de Miss Haskell, devenant plus tard la directrice de l'école de Cambridge. Croyant que Gibran avait un avenir exceptionnel, Haskell a commencé à le fréquenter. Elle lui a non seulement enseigné l'anglais, mais l'a également aidé financièrement et a utilisé son influence pour faire avancer sa carrière. Bien qu'elle ait dix ans son aînée, les deux sont devenus amis et le sont restés jusqu'à sa mort. À l'hiver 1904, le studio de Day a pris feu et tout le portefeuille de Gibran a été détruit. Il a ensuite commencé à écrire pour un journal arabe, « Al-Mouhajir » (l'Émigrant), gagnant 2 $ par article. Son premier article était intitulé « Ru’ya » (Vision). En 1905, Gibran fait publier son premier ouvrage. Intitulé «Nubthah fi Fan Al-Musiqa», c'était un travail passionné mais immature sur la musique. Parallèlement, il a commencé à étudier l'anglais avec Haskell. En 1906, il fait publier son deuxième ouvrage, « Ara'is al-Muruj ». Il contenait trois nouvelles et a ensuite été traduit par « Nymphes de la vallée » et également par « Spirit Brides and Brides of the Prairie ». À partir de la même année, il a également lancé une rubrique intitulée « Dam’a wa’btisama » (Larmes et rires). Son troisième livre, 'Al-Arwah al-Mutamarrida' (Esprits rebelles) a été publié en 1908. C'était sur certaines questions sociales comme l'émancipation de la femme et le système féodal répandu au Liban. Mécontent du contenu, le clergé à la maison a menacé de l'excommunier. Le gouvernement a également censuré le livre. Toujours en 1908, financé par Haskell, il se rend à Paris pour se perfectionner au pastel et à l'huile. Ici, il a été fortement influencé par le symbolisme et a été invité à contribuer des peintures à de nombreuses expositions prestigieuses. Ses peintures 'Automne' ont été acceptées par la Société Nationale des Beaux-Arts pour une exposition. A Paris, il réalise une série de portraits au crayon d'artistes majeurs comme Auguste Rodin et rencontre de nombreuses personnalités. Cependant, il n'a pas terminé ses cours là-bas mais a fait une tournée en Angleterre avant de retourner aux États-Unis à la fin de 1910. Continuer la lecture ci-dessous En 1911, Gibran a déménagé à New York, où il a vécu pour le reste de sa courte vie. Par la suite, il a commencé à travailler sur son prochain livre, « Al-Ajniha al-Mutakassira » (Ailes brisées). C'est son œuvre la plus longue, traitant de l'émancipation des femmes. On pense que le protagoniste est l'écrivain lui-même. Toujours en 1911, Gibran a créé « Arrabitah Al-Qalamyiah », une organisation dédiée à la promotion des écrits et de la littérature arabes. Cela a non seulement aidé d'autres écrivains arabes, mais Gibran lui-même a énormément bénéficié de ses associations. Avec la sortie de ‘Broken Wings’, la renommée de Gibran a commencé à se répandre. Il a commencé à être compté parmi les poètes « Mahjar » (immigrants arabes) les plus connus et est également devenu connu comme un réformiste. En 1913, Gibran a établi un grand studio au 51, West Tenth Street, New York. La même année, il réalise l'un de ses meilleurs tableaux, « L'Ermitage ». Cependant, au cours de cette période, il met davantage l'accent sur l'écriture que sur l'art. En 1914, avec le début de la Première Guerre mondiale, il lance un appel à la population chrétienne et musulmane du Liban à s'unir et à lutter contre les Ottomans. Il était agité par le fait qu'il ne pouvait pas se déplacer pour prendre part au combat. Lorsque la grande famine a commencé, tuant environ 100 000 personnes à Beyrouth et au Mont Liban, il a commencé à collecter de l'argent afin d'aider la multitude affamée. Pendant ce temps, sa popularité à New York a continué de croître. En 1916, il est devenu le premier immigrant à rejoindre le conseil littéraire de 'The Seven Arts Magazine.' Son premier ouvrage en anglais, intitulé 'The Madman : His Paraboles and Poems' a été publié en 1918. L'année suivante, il a publié vingt de ses peintures sous forme de livre. Appelé « Twenty Drawings », il a attiré la comparaison avec William Blake. Tout au long des années 1920, Gibran a continué à écrire à la fois en arabe et en anglais. Ses principales œuvres arabes comprenaient 'Al-Mawakib' (Les Processions, 1919), 'Al-'Awāsif' (Les Tempêtes, 1920) et 'Al-Bada'i' waal-Tara'if' (Le Nouveau et le Merveilleux, 1923). ‘Forerunner : His Paraboles and Poems’ (1920) et ‘The Prophet’ (1923) étaient deux de ses œuvres anglaises de cette période. Avec la sortie de « The Prophet », Gibran a atteint le sommet de sa carrière et est devenu une célébrité. Continuer la lecture ci-dessous Dans les années 1920, Haskell, qui avait jusqu'à présent joué un rôle important dans la carrière de Gibran en l'aidant non seulement financièrement, mais aussi en éditant ses œuvres, s'est marié et a déménagé à Savanna. Par conséquent, pour l'assister dans l'édition, Gibran a engagé le poète Barbara Young (pseudonyme d'Henrietta Breckenridge Boughton). À cette époque, sa santé a commencé à décliner. Pourtant, il a continué à travailler, en publiant 'Sand and Foam' en 1926 et 'Kingdom of Imagination' et 'Kalimat Jubran' (Spiritual Sayings) en 1927. Parallèlement en 1926/1927, il a travaillé sur 'Jésus, le fils de l'homme : Ses paroles et ses actes racontés et enregistrés par ceux qui le connaissaient », le publiant en 1928. Par la suite, il n'a publié qu'un seul livre, « Les dieux de la terre » (1931) de son vivant. Tous les autres ont été publiés à titre posthume. Philosophes masculins Philosophes libanais Artistes et peintres masculins Grands travaux Khalil Gibran est surtout connu pour sa publication de 1923 « Le Prophète ». Dans ce livre, le poète parle de vingt-six sujets différents tels que l'amour, le mariage, les enfants, le travail, la mort, la connaissance de soi, manger et boire, la joie et le chagrin, l'achat et la vente, le crime et le châtiment, la raison et la passion à travers le Prophète. La conversation d'Almustafa avec un groupe de personnes. La première édition du livre, écrite en anglais, a été épuisée en deux ans et jusqu'en 2012, il s'était vendu à neuf millions d'exemplaires dans sa seule édition américaine. Il a été traduit en quarante langues.Intellectuels et universitaires libanais Hommes Capricorne Vie personnelle et héritage Bien que Khalil Gibran ait eu des aventures avec de nombreuses femmes, il est resté célibataire toute sa vie. On pense qu'après son retour de Paris en 1910, il a proposé à Mary Elizabeth Haskell, mais elle a rejeté la proposition en raison de leur différence d'âge. Au lieu de cela, ils sont restés amis pour la vie. Bien qu'il ait passé la majeure partie de sa vie aux États-Unis, il a toujours été fidèle à sa patrie et n'a jamais pris la nationalité américaine. Dans son testament, il a laissé une somme substantielle pour le développement du Liban afin que ses compatriotes ne soient pas obligés d'émigrer. Le 10 avril 1931, à l'âge de quarante-huit ans, Gibran mourut d'une cirrhose du foie et d'une tuberculose à New York. À sa mort, le « New York Sun » a déclaré qu'« Un prophète est mort » et les habitants de la ville ont organisé une veillée de deux jours. Comme il avait exprimé le souhait d'être enterré au Liban, Mary Haskell et sa sœur survivante Mariana se rendirent au Liban en 1932. Là, ils achetèrent le monastère de Mar Sarkis et l'y enterrèrent. Le monastère est depuis connu sous le nom de musée Gibran. De nombreux édifices et parcs comme le musée Gibran à Bsharri, le jardin Gibran Khalil Gibran à Beyrouth, le jardin commémoratif Kahlil Gibran à Washington, DC et la plaque commémorative Gibran à Copley Square, Boston, Massachusetts continuent de porter son héritage. En 1971, le ministère libanais des Postes et Télécommunications a publié un timbre en son honneur. En 1999, la Fondation de l'Institut arabe américain a créé le prix Khalil Gibran Spirit of Humanity en son honneur. Ce prix est décerné chaque année à des individus, des entreprises, des institutions et des communautés pour leur travail dans la promotion d'une meilleure compréhension et appréciation de la diversité et de l'inclusion. Devis: Temps